L'histoire de Ghislain retour

 

Le premier contact que j'ai eu avec Ghislain fut en 2001, lorsque Janvier Caron, la personne responsable de Ghislain m'appela sur mon cellulaire...

"Bonjour Madame Viens. Je m'appelle Janvier Caron et je suis responsable d'une maison pour handicapés à Sherbrooke. Nous avons un bénéficiaire du nom de Ghislain qui rêve de monter en montgolfière depuis toujours. Est-ce que vous pensez qu'on peut organiser quelque chose pour lui? Vous savez Madame Viens, il n'en a pas pour très longtemps. Ghislain est très malade. Son médecin dit que ce sera mieux de le laisser faire ce qui lui ferait plaisir, car on ne sait pas s'il lui reste longtemps à vivre."

"Donc, Madame Viens, Ghislain veut faire un tour en montgolfière. C'est son souhait le plus cher avant de nous quitter."

Très bien, donc, il faut une belle température, une température parfaite pour ne pas le bousculer et "l'achever" à l'atterrissage... J'ai dit à Janvier qu'aussitôt que l'occasion se présente, je l'appelle.

Mais à l'été 2002, l'occasion de s'est pas présentée. Ni en 2003, car si le temps était propice pour faire un vol, Ghislain était soit hospitalisé, ou il n'y avait personne pour l'accompagner. On reportait, on reportait... mais toujours dans l'idée que, peut-être Ghislain ne serait plus avec nous. Mais on n'avait pas le choix, la montgolfière, c'est comme ça.

Je n'ai pas eu de nouvelles en 2004, et finalement en 2005, Ghislain a encore manifesté l'intention de monter en ballon et Janvier est entré en contact avec moi pour fixer une date. Je n'ai jamais pu parler avec Ghislain car il ne parle pas. Il est né avec une paralysie cérébrale et communique avec l'aide d'un tableau.

C'est le premier lundi de l'International des Montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu que Janvier décida d'amener "sa troupe" sur le site du festival. Ghislain était très malade et Janvier voulait absolument lui faire plaisir... pour une dernière fois.

Ghislain, à notre première rencontre.

Quand j'ai vu ce petit monsieur, tout petit... assis sur son minuscule fauteuil roulant, qui attendait depuis trois ans pour me rencontrer, quelque chose de particulier s'est produit. Non pas en paroles, mais en dedans comme une drôle d'émotion. Nous étions connectés sur le même poste... on pouvait se comprendre, sans prononcer un seul mot.

Vu son état frêle, j'étais très contente de voir que la température était d'un calme rare, comme si Dame Nature faisait preuve d'une gentillesse spécialement pour Ghislain. En effet, c'était tellement calme et beau, que les montgolfières n'ont pas été autorisées à décoller, faute de vent!

C'était tellement calme et beau, que les montgolfières n'ont pas été autorisées à décoller, faute de vent!

Nous avons été autorisés à faire de l'attaché. C'est-à-dire que nous pouvions gonfler nos ballons et rester arrimés à nos camions pour ne pas décoller. De toute façon, lors d'un festival, les montgolfières ne sont pas autorisées à décoller si le vent est nul, car il faut quand même un minimum de vent pour permettre un déplacement des ballons. Que pensez-vous de voir 125 montgolfières atterrir un peu partout en plein centre-ville? (Transports Canada serait furieux contre nous...) Et c'est dangereux aussi de tenter de faire atterrir tant de ballons au milieu des maisons, des routes et fils électriques.

C'était beau de voir les montgolfières attachées.
Maintenant à notre tour de nous préparer.

Le spectacle est toujours beau.

N'est-ce pas merveilleux de voir Ghislain si heureux!

Les amis de Ghislain ont aussi eu la chance de monter à bord d'HélénaSunset en vol attaché.

De voir tous ces beaux visages éblouis par le ballon, de voir tous ces sourires, ces cris de joie, des larmes parfois... honnêtement ce sont ces moments-là que je préfère le plus de la montgolfière. Et depuis quelques années, je me sens choyée par ces moments privilégiés.

Ghislain, tu m'as comblée de joie autant que moi j'ai pu le faire pour toi. Lorsque nous avons pris cette photo,
j'ai eu un grand frisson lorsque tu as mis ton bras autour de moi. Les nouvelles récentes que Janvier m'a données
de toi (décembre 2006) lorsqu'il m'a téléphoné, je croyais qu'il m'appelait pour m'annoncer que tu étais parti pour
un monde meilleur. Mais tu as décidé de te battre et de continuer à vivre. Après l'expérience en ballon, Janvier m'a
dit que tu avais pris goût à la vie, que tu n'avais plus besoin d'autant de médicaments, que tu semblais heureux.

Ghislain, en ta présence, on ne peut faire autrement que de sourire... avec toi! Merci Ghislain. Bisous XX

 

[Ghislain est décédé le 17 janvier 2008]

[Retour]

 

Accueil Montgolfière Spécifications Conditions Météo Réservation Contacts